num_risation0003_002

 

 

Je n'ai cessé de rêver dans ma vie et je sais que je rêverai encore et toujours

 

Enfant , à l'école primaire, j'ai découvert " l'existence" d'Icare grâce à un poème de Philippe Desportes. A la première lecture de ce poème je crois me souvenir avoir ressenti quelque chose de vague d'étrange me parcourir et le corps et l'esprit, sans trop comprendre le contenu de ce texte. Les explications de texte données par "l'instit" ont renforcé mon émoi et c'est à partir de ce jour je crois que mon côté "rêveur" s'est exacerbé.

J'ai été un enfant toujours un peu solitaire un peu "à part", j'ai eu malgré tout des amis, solitaire mais pas sauvage. Mes moments de solitude me permettaient, me laissaient le temps pour rêver. J'ai eu et j'ai toujours besoin de ces moments-là. C'est vital ….

 

Très peu de temps après, Jean Mermoz, dans mes rêves a pris place aux côtés d'Icare. Il était devenu mon idole : ses ailes n'étaient pas de cire mais il volait, je me suis plongé dans tout ce qui le touchait de près, et puis au cours de mes lectures j'ai appris que comme Icare, il avait disparu en mer : coïncidence qui m'avait troublé et qui me fait me demander aujourd'hui : " ne serait-ce pas cela qui à ce jour me rend incapable de faire deux brasses dans cette eau qui a englouti à jamais mes deux héros ? "

 

Aujourd'hui encore, comme un enfant, dont j'ai conservé le coeur, il m'arrive quelques fois de prendre mes rêves pour des réalités ce qui peut me causer quelque déboire …. mais néanmoins ne modifiera rien à mon attitude passée et présente …....

 

IMG_0521

IMG_3338_002