IMG_0040_002

IMG_0042_002

 

Le jour vient de se lever le soleil déjà pointe à l'horizon, plus tard il deviendra brûlant pour rougir la peau encore pâle des gens venant de leur contrée au ciel rarement bleu.

Qu'il est agréable de circuler à pieds dans les rues du village, encore désertes à cette heure-ci, les touristes dormant du plus profond sommeil ne verront le " jour " que bien plus tard.

Une légère brise nous caresse le visage, mon frère et moi équipés du matériel nécessaire nous nous rendons à la rivière toute proche pour une partie de pêche.

Mon frère avançant comme toujours de son pas décidé et volontaire, me dit en souriant : " je sens que la pêche va être bonne aujourd'hui " ….. Non loin j'entends le bruit des vagues : la mer avec ses plages attend les vacanciers …..

 

Nous arrivons au bord de la rivière l'eau est calme les hautes herbes, d'un vert magnifique, la bordant, frissonnent avec légèreté sous le tendre souffle de la brise........

J'aime ce calme qui m'apaise, mon frère le sait, et nous n'échangeons que les mots vraiment " nécessaires ".

Mon frère a raison, très vite les poissons ….. ont faim …... et les bourriches … les avalent.

Brusquement le bouchon de ma ligne s'enfonce le moulinet s'affole la canne se plie dangereusement, des remous viennent rompre le silence qui m'est si cher. Ce sont presque des vagues que le poisson qui a mordu à l'hameçon, soulève au milieu de la rivière …. à quelques mètres de là mon frère, alerté par ce raffut comprend vite la situation dans laquelle je me retrouve, me dit en accourant : " approche le lentement de la rive, à l'aide de l'épuisette je vais soulager ta ligne, il a l'air énorme il va tout casser et puis faut pas le rater celui-là" …...  Patiemment et avec précaution je réussis à calmement rapprocher mon " énorme " proie de la berge … mon frère me dit, confiant, " encore un peu " et l'épuisette tenue à bout de bras tendu à l'avant croit s'allonger parmi les hautes herbes vertes mais s'étale de tout son long dans cette eau tout de même pas très chaude au petit matin, et là j'entends un " PLOUFFFF !!! " incroyable qui résonne encore dans ma tête, ces herbes si verdoyantes poussent dans l'eau et le bord est malheureusement plus loin … que faire continuer à m'occuper du poisson ou tenter d'aider mon frère mais conscient de mes piètres qualités de nageur alors que mon frère lui est doué pour cette discipline et que toute intervention de ma part risquait simplement de compliquer les choses, mon hésitation et, je l'avoue aujourd'hui le fou-rire que j'ai réussi à contenir en moi avec difficulté, pour ne pas vexer mon frère, ont profité au poisson qui, affolé par tout ce remue-ménage inhabituel et forces retrouvées, est parvenu à prendre le large …...

Le calme a été définitivement brisé, et moi qui déjà espérais paraître en photo dans le journal local ….. Nous sommes rentrés, mon frère penaud et dans une démarche inhabituelle chez lui, il n'est pas pratique de se mouvoir dans un pantalon dégoulinant, trempé jusqu'aux os et moi rêvant de pêche miraculeuse …...

…... Dans le lointain seul le cri des mouettes qui accompagnent les bateaux de pêche rentrant au port remplis de poissons, perce le silence, nous n'avons pas échangé un seul mot mon frère et moi, lui pensant à une bonne douche chaude et moi à continuer de retenir … mon fou-rire.

                                             ======================

Une autre partie de pêche ........


"NI VU, NI CONNU" LOUIS DE FUNES par richardanthony

 

 

 

 

num_risation0014__2__001