Le soleil ne cessait d'apparaître pour très vite disparaître …

Sur la place maintenant vide abandonnée par les touristes

Qui ce matin affluaient

Et bruyamment se manifestaient autour des étalages du marché,

Elle marchait elle se déplaçait d'un pas lent, le regard fixé au sol

Elle tenait à la main gauche une cigarette allumée,

J'étais à la fenêtre je l'observais

Totalement absorbée par ses pensées, elle ne m'avait pas vu

Elle faisait les cent pas elle allait faisait demi-tour revenait

Et cela sans cesse, lorsqu'elle faisait demi-tour elle me donnait l'impression d'entamer un pas de danse

 

Quelques minutes plus tard, peut-être l'ai-je appelée

Ou a t-elle senti ma présence, elle a levé la tête vers moi

Les yeux encore emplis de ses réflexions

Je lui dis : «  je t'observe depuis quelques minutes,où es-tu ?

  • Ailleurs , me répond-elle !

  • Oui je vois mais où ?

  • Sur une île … on n'a pas d'été !

  • Je te rejoins, même si la chaleur m'importune !

  • Oui ! Viens !

Alors nous sommes allés …

Elle dans sa boutique,

Et moi devant mon clavier pour écrire ces quelques lignes

 

Tout en pensant à Porquerolles (hors saison estivale) et à toi …..

A mon tour je ressens un fort besoin d'évasion  : partir … partir …